Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

Blog des élus socialistes et républicains d'Homécourt et ouvert à tous...


Harlem Désir : «le refus de l'austérité ne peut pas être que dans la revendication, la gauche doit être dans l'action»

Publié par ps-homecourt sur 6 Mai 2013, 20:12pm

Harlem Désir : «le refus de l'austérité ne peut pas être que dans la revendication, la gauche doit être dans l'action»

Ce matin, Harlem Désir , Premier Secrétaire du Parti Socialiste, répondait aux questions de "l'invité politique" de Radio Classique et Public Sénat. L'occasion de revenir sur la première année de mandat de François Hollande, sur les efforts engagés par le gouvernement pour redresser les comptes publics et la première bataille remportée contre l'austérité en Europe. Et aussi de fustiger le comportement et les outrances de la gauche protestataire qui ne fait que protester !

Des réformes «considérables» en un an de mandat

Depuis un an, François Hollande fait face à la réalité d'un pays qui est en crise, abimé par dix années de politique qui ont aggravé entre autre, nos déficits et la désindustrialisation. Le Premier secrétaire du Parti socialiste a souligné les efforts que le gouvernement a déployés pour «stopper une hémorragie sur le terrain de l'École et des comptes publics» en engageant «une réparation en même temps que mettre en place le socle du changement».

Harlem Désir a par ailleurs rappelé que les réformes engagées «étaient fondamentales pour notre pays qui avait été complètement délaissé», qu'il s'agisse: d'une réforme fiscale et d'une action courageuse de désendettement de limite des dépenses publiques, de la réforme de la sécurisation de l'emploi et du marché du travail, du soutien à l'école avec sa refondation ou encore de l'Europe, où François Hollande a réussi à desserrer l'étau de l'austérité.

Et d'ajouter qu'au niveau européen, la tâche à accomplir restait grande malgré tout. Ainsi à titre d'exemple, Harlem Désir a pointé l'union bancaire actuellement partiellement bloquée par les conservateurs allemands et la BCE qui doit intervenir davantage sur le marché de la dette pour casser la spéculation.

Accélérer le changement

Harlem Désir a aussi évoqué la période difficile que traverse la France, mais en rappelant la encore que les outils créés pour soutenir l'emploi et la croissance avaient été mis en place.

Je pense en particulier aux emplois d'avenir et aux contrats de génération. (...) Ce mouvement d'accélération doit aussi se faire sur la transition écologique car c'est de là que naitront demain les innovations et les filières créatrices d'emplois

Et le Premier secrétaire d'en profiter pour balayer les critiques de la droite:

En 10 ans de droite, la France a perdu 750 000 emplois industriels, l'UMP a été incapable de tirer le bilan de son échec et de comprendre pourquoi elle avait été rejetée par les français. Elle a passé son temps a fracturer la société française sous Nicolas Sarkozy en dressant les Français les uns contre les autres et en allant même flirter avec les thèmes du Front national.

Une première bataille remportée contre l'austérité

Répondant aux critiques de Jean-Luc Mélenchon, Harlem Désir a expliqué que ce refus de l'austérité, «nous le partageons mais il ne peut pas être que dans la revendication. La gauche doit être dans l'action». Et de rappeler la loi de séparation bancaire, la création d'une banque publique d'investissement pour orienter les financements et les aides vers les TPE et les PME, la priorité donnée à l'investissement, au logement et à l'école, notamment par l'embauche et la formation de 40 000 enseignants dès cette année. Nous transformons les aspirations, les revendications sociales en lois, en réformes, nous sommes la gauche qui agit concrètement pour répondre aux aspirations populaires.

Bruxelles venant d'annoncer un délai supplémentaire de deux ans à la France pour parvenir à un déficit inférieur à 3% du PIB, Harlem Désir a souligné que le désendettement est un «impératif pour des raisons de souveraineté économique : nous avons besoin d'utiliser nos marges à autre chose qu'à rembourser les intérêts de la dette». Mais de préciser que cet effort de désendettement a été engagé par la gauche: «un effort dans la justice sur le plan fiscal».

Enfin le Premier secrétaire a conclu: Maintenant que la bataille politique contre la politique d'austérité nous a permis de remporter une première victoire, car c'est une victoire pour François Hollande et les socialistes, il faut que désormais il y ait un débat en Europe sur le soutien à l'investissement.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents