Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

Blog des élus socialistes et républicains d'Homécourt et ouvert à tous...


Remaniement, retraites, droit de vote des étrangers... les annonces de François Hollande

Publié par ps-homecourt sur 16 Mai 2013, 20:12pm

Remaniement, retraites, droit de vote des étrangers... les annonces de François Hollande

A l’issue de cette conférence de presse devant 400 journalistes internationaux…le point sur les principales déclarations du chef de l’Etat.

Le gouvernement conforté

Un remaniement n'est "pas d'actualité". François Hollande l'avait évoqué lui-même: un remaniement est possible et "aucun ministre n'est protégé". Justement interrogé sur l'échéance envisagée pour procéder à ce remaniement du gouvernement, le chef de l'Etat est resté prudent, sur le sujet. "Est-ce qu'il y aura un remaniement? Oui, un jour mais pas aujourd'hui", a-t-il affirmé, en profitant au passage pour "renouvelle toute (sa) confiance à Jean-Marc Ayrault pour les mois qui viennent."

L'objectif d'inverser la courbe du chômage maintenu

Objectif chômage. Refusant de voir dans la récession une impasse, le chef de l'Etat a réaffirmé que l'enjeu était "la croissance". "Notre économie est à l'arrêt depuis 2008. Je sais que cette situation engendre des difficultés pour bon nombre de mes compatriotes, de ceux qui espèrent un avenir meilleur pour eux et pour leurs enfants, a poursuivi François Hollande, au point de douter de leur gouvernants, ce qui est une menace pour la démocratie." Malgré un contexte économique difficile, le président a de nouveau défendu l'idée que "la courbe du chômage pouvait être inversée d'ici à la fin de l'année".

Impopulaire, et alors?

"Tant que le chômage progressera, il sera difficile de redresser ma courbe de popularité". Interrogé sur son impopularité record pour un président français en exercice, François Hollande a invoqué un contexte économique particulier et demandé à être jugé à la toute fin de son quinquennat. "Je suis président au pire moment. J'ai assumé en étant candidat, ce que j'allais trouver. Et je savais que c'était une crise, même si on ignorait l'ampleur de cette crise en Europe. Mais ce qui doit être déterminant, c'est l'état de notre pays à la fin de mon mandat. Je ne demande pas à être jugé par les sondages mais, je jour venu, sur ce que j'aurai fait pour la France."

Mariage homo, droit de vote des étrangers... des mesures sociétales assumées

Le droit de vote des étrangers après les municipales. "Vous ne m'avez pas posé de questions sur le droit de vote des étrangers. Je n'ai pas soumis ce texte au Parlement parce que je sais d'avance que l'opposition n'en veut pas. Ce texte sera soumis après les élections municipales comme ça il n'y aura pas d'enjeu électoral, a fait valoir le chef de l’Etat. Il sera soumis au Parlement et le Parlement en fera l'adoption s'il le souhaite.

"Le débat sur le mariage homo était légitime". Puis François Hollande a défendu la loi sur le mariage homosexuel, revenant sur les mois de débats intenses qui ont précédé son adoption. "Le débat sur le mariage homosexuel était légitime". "Dès que le Conseil constitutionnel aura fait connaître sa décision, je promulguerai le texte. Je suis convaincu qu'au fur et à mesure, cette loi sera regardée comme ce qu'elle est: une loi pour l'égalité".

Retraites: travailler "un peu plus longtemps"

A l'automne, le gouvernement planchera sur la réforme des retraites. Un enjeu autant économique que sociétal et qui ne sera pas sans condition, a prévenu jeudi François Hollande. A ce sujet, le chef de l'état a défendu trois principes: "Rétablir durablement des régimes de répartition, en tenant compte de notre démographie. On vit plus longtemps, on devra travailler un peu plus longtemps. Deuxième principe: tenir compte des carrières longues. Troisième principe: le dialogue, la concertation avec les partenaires sociaux comme cela sera le cas lors de la conférence sociale du mois de juin", a-t-il détaillé.

"Sortir l'Europe de sa langueur"

Passer à l'offensive. "La première année de mon quinquennat a été entièrement consacrée à la défense de notre souveraineté et la remise en ordre de notre économie. L'an deux doit être celui de l'offensive", a estimé François Hollande. "Mon devoir doit être de sortir l'Europe de sa langueur", a-t-il soutenu après avoir défendu "le bienfondé des décisions engagées depuis le début de mon élection pour faire bouger les lignes en Europe" et "l'indispensable couple franco-allemand sans lequel l'Europe ne peut pas avancer".

Un plan européen en quatre points. "Si l'Europe n'avance pas, elle tombe. Il est plus que temps de porter cette nouvelle ambition", a-t-il fait valoir, défendant l'objectif de "deux ans pour parvenir" à la mise en place d'un plan européen en quatre points, avec notamment l'instauration d'un gouvernement économique qui se réunirait tous les mois.

Amnistie sociale: au cas par cas

François Hollande se dit prêt à examiner certains cas "exceptionnels". Un certain nombre de situations pourront être regardées, pas nécessairement dans une loi d'amnistie d'ailleurs", a-t-il déclaré.

Commenter cet article

Lio Hoche 20/05/2013 23:36

Et le changement s'est pour quand?

Gisèle BOURGASSER 25/05/2013 10:16

Il est en route le changement, plus de 30 promesses du Président ont été tenues. C'est vrai qu'il n'est pas un bulldozer comme Sarko (sans foi ni loi, ce qu'on voit actuellement avec toutes les affaires qui ressortent), mais un homme très réfléchi qui ne traite pas les gens de Kärcher. En ce qui concerne le vote des étrangers, je suis pour, car beaucoup d'étranger ont passé plus de temps de leur vie en France que dans leur pays d'origine. Ils payent leurs impôts comme nous tous, mais non pas le droit de s'exprimer lors d'un vote. Pour une République ou la devise est LIBERTE, EGALITE, FRATENITE, cette discussion ne devrait même pas avoir lieu. JE pense aussi que cette décision enlèvera un peut d'huile sur le feu aux gens qui se sentent exclu.

manu d Homecourt 19/05/2013 22:58

Bonjour. je crois que toute la gauche devrait se rassembler plutôt que de s'envoyer des invectives . la menace du Front National est réelle et en cas d'échec de la gauche, c est bien la famille Le Pen qui ramassera la mise. Les attaques de Melanchon et du Pcf en permanence sont suicidaires. Il vaut mieux avoir une gauche imparfaite qu'une droite rigide ou une extrême droite dangereuse .

Lepol 17/05/2013 22:59

enfin un président Hollande combatif qui trace un cap. Mais il faut qu'il soit encore plus incisif. Et qu'il fasse un peu de ménage dans son gouvernement. Entre les inconnus, les inutiles et ceux qui veulent exister, il faut siffler la fin de la récréation.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents