Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

Blog des élus socialistes et républicains d'Homécourt et ouvert à tous...


La rigueur française n’a rien à voir avec les austérités grecque, espagnole, ou britannique

Publié par ps-homecourt sur 10 Mai 2013, 12:27pm

La rigueur française n’a rien à voir avec les austérités grecque, espagnole, ou britannique

Quelques commentaires récents laissés sur notre blog (surtout par des partisans du Front de Gauche) laissent à penser que la politique menée par le président François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault est une politique d’austérité. Voilà en partie de quoi démontrer des différences sensibles dans les choix politiques de notre gouvernement de gauche avec quelques pays voisins.

Certes le pouvoir d'achat des ménages a baissé l'an dernier, en grande partie à cause du relèvement fiscal décidé par Nicolas Sarkozy l'année précédente. Qu'aurait-on dit si l'augmentation générale de la TVA pour 11 milliards d'euros décidée par Sarkozy avait bien pris effet le 1er octobre dernier ? A la place, le gouvernement Hollande a préféré une augmentation plus modeste (7 milliards), plus étalée (2014) et circonscrite à des secteurs dont on n'est même pas sûr qu'ils répercuteront cette hausse en inflation de prix sur les consommateurs.

La rigueur française n'est pas austère, mais le redressement des comptes publics reste un objectif central de l'équipe Hollande.

Ce dernier a habilement négocié un report des objectifs de réduction des déficits. La situation économique l'imposait. Son prédécesseur n'avait pas la même excuse. En juin 2007, Nicolas Sarkozy s'était affranchi du retour en-deçà de 3% du PIB pourtant promis trois mois plus tôt. Et la Grande Crise n'avait pas commencé. L'ancien monarque voulait financer son paquet fiscal de l'été.

Six ans plus tard, les caisses sont vides. L'exemple même de Florange - avec la fermeture des hauts fourneaux - est symptomatique. L'Etat pouvait - financièrement - envisager une nationalisation temporaire avant un retour à meilleur fortune. Mais aurait-il fallu alors généraliser la démarche à toutes les usines en difficulté ?

Où sont les marges de manoeuvre? Est-on condamné à régurgiter du TINA ?
Or la précarité se généralise. Le pouvoir d'achat est en baisse, modeste en général, dramatique pour les plus pauvres. Un indicateur parmi d'autres, chipé à l'excellent ouvrage de Michel Rocard et Pierre Larroutourou, "La gauche n'a plus le droit à l'erreur", les flux mensuels d'entrées au chômage sont massifs - 400.000 par mois, une secousse que masque le solde net des sorties d'inscription régulièrement publié par Pôle Emploi (quelques dizaines de milliers).

L’ajustement budgétaire est une obligation

Pourquoi ? Parce qu’un défaut de rigueur dans la politique de finances publiques peut conduire à l’inflation, à un effet d’éviction, à l’incertitude et à la volatilité qui ont tous pour effet d’entraver la croissance (cf Gupta, Clements, and Inchauste, 2004). Développons...

Inflation. Une politique de finances publiques aux orientations imprécises, notamment lorsqu’elle est financée par le recours à la «planche à billets», peut provoquer une inflation très forte et volatile. Outre les coûts engendrés, elle a pour effet de saper l’efficacité du régime des prix en poussant les entreprises et les ménages à des décisions malavisées, car ils interprètent les fluctuations de prix comme un changement des prix relatifs. Il en résulte une baisse de la productivité globale (cf Fischer, 1993).

Effet d’éviction. Quand un gouvernement emprunte pour financer une politique de finances publiques mal définie, la hausse de la demande de fonds prêtables peut freiner l’investissement privé (et les autres composantes des dépenses privées sensibles aux taux d’intérêt) en poussant les taux d’intérêt à la hausse. Dans un régime de taux de change flottant, l’augmentation des taux d’intérêt a également tendance à attirer les capitaux étrangers, d’où une appréciation du taux de change qui peut aussi conduire à l’éviction des exportations.

Pour en savoir davantage: http://www.lekiosqueauxcanards.com/les-victoires-economiques-de-françois-hollande

Commenter cet article

Vivian 12/05/2013 18:28

Certes cette démonstration est intéressante. Mais les politiques publiques de rigueur finissent tout de meme par peser lourdement sur les ménages et nos collectivités qui sont aussi obligées de se serrer la ceinture.

Zizounette 10/05/2013 21:51

Cette mise au point est bien utile devant la désinformation de certains qui assimilent la politique menée par la gauche à celle de Sarkozy.

Bubu Homecourt 10/05/2013 21:56

Les efforts sont nécessaires afin de réduire cette dette publique que nous ne cessons de faire gonfler et qui sera une gangrène pour nos enfants, si nous ne faisons rien. Pour autant, le volet social doit être préservé et notre modèle français si souvent mis en évidence, ne doit pas être oublié par le président Hollande. Ce n'est pas aux petites gens de payer l'addition de la spéculation bancaire. Je fais confiance au socialistes pour rééquilibrer les choses, et si possible, un peu moins en défaveur de la France d'en bas!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents