Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

Blog des élus socialistes et républicains d'Homécourt et ouvert à tous...


La cote d’alerte est atteinte

Publié par ps-homecourt sur 25 Juin 2013, 14:14pm

La cote d’alerte est atteinte

Nous ne parlons pas là des dramatiques inondations dans les Pyrénées ni de l’envahissement de la Grotte de Lourdes par l’eau non bénite du Gave de Pau…

Mais la côte d’alerte est atteinte tout de même. Pourquoi ? Parce que le candidat du Front National a progressé de 20 points entre les deux tours d’une élection partielle.

Certes, le FN n’a pas remporté cette élection législative de Villeneuve-sur-Lot. Cela avait été également le cas dans l’Oise. Ce sont deux départements qui illustrent le visage actuel du parti de Marine Le Pen, une influence dans des zones rurale et semi-urbaines, où les catégories populaires se sentent comme délaissées.

Tout cela s’inscrit dans un contexte marqué par une grave crise de confiance dans la politique, qui est portée au plus haut point à Villeneuve-sur-Lot, après le scandale Cahuzac.

Notre camarade Alain BERGOUNIOUX, secrétaire national du PS aux études dans le dernier numéro de « Ripostes » fait une analyse lucide de la situation.

Il explique notamment qu’il faut également y voir l’effet cumulé de deux stratégies politiques : celle, évidemment, de la « dédiabolisation » du Front menée depuis 2011 par Marine Le Pen, et celle de la « banalisation » de ses idées voulue par Nicolas Sarkozy, et entretenue, aujourd’hui, par toute une part de l’UMP.

Le résultat de tout cela est que le Front national, qui prend les traits d’un parti simplement « ultra-populiste », disant finalement peu de choses pour surfer sur la vague des mécontentements, s’installe comme un parti potentiellement de deuxième tour, susceptible de créer une dynamique de rassemblement plus forte encore.

Les problèmes posés concernent évidemment la droite et la gauche. La réalité électorale du Front national va accentuer les contradictions de l’UMP. Sans même parler des pressions qui se feront jour - et se sont déjà faites - pour trouver ici ou là des accords pour les élections municipales, l’aile-droitière du parti trouvera des arguments supplémentaires pour côtoyer les thématiques frontistes. L’idée même du « Front républicain » est d’ailleurs contestée par sa direction. Cette attitude, loin de nuire à l’influence de l’extrême-droite, la favorisera au contraire.

Les socialistes sont tout autant questionnés. Non qu’il y ait un transfert direct de l’électorat socialiste vers le Front national. Les marges de progression de celui-ci – comme le montrent la plupart des études – sont dans les électeurs qui se situent plutôt « ni à gauche, ni à droite », ou qui ont voté à gauche sans régularité. Le problème est avant tout la perte d’une part de notre électorat qui choisit souvent l’abstention.

L’alternative, en effet, n’est pas sur notre gauche ou dans le vote écologiste. Ces partis, le Front de Gauche ou Europe Ecologie Les Verts, ne progressent pas – voire même régressent. Le débat n’est donc pas de savoir s’il faut mener ou non une politique « plus à gauche ». Il est d’obtenir des résultats. Le gouvernement a aujourd’hui trouvé une cohérence politique qui dessine un « pacte social de croissance », privilégiant le redressement économique, la lutte contre les inégalités, la concertation sociale.

Le mieux que nous ayons à faire est d’approfondir cette ligne en évitant les demi-mesures.

La demande qui nous est faite, est avant tout une exigence d’efficacité. Il faut veiller, qui plus est, dans toutes ces zones géographiques, à la présence et à la qualité des services publics.

Ce n’est pas contradictoire - et il faut éviter les faux débats - avec une politique de dénonciation virulente de ce qu’est le Front national, un parti qui joue des peurs, stigmatise les « élites », pour ne pas à avoir à justifier son programme, rejette les minorités, tend à isoler le pays dans un rétraction nationaliste.

Le Parti socialiste a donc, trois tâches simultanées à accomplir : expliciter la politique gouvernementale dans sa cohérence, mener une bataille idéologique contre les idées du Front national, placer la droite UMP devant ses responsabilités.

La cote d’alerte est atteinte

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents