Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

OPINIONS - Pour un dialogue citoyen ambitieux

Blog des élus socialistes et républicains d'Homécourt et ouvert à tous...


Pour l'avenir de la jeunesse de notre pays

Publié par ps-homecourt sur 10 Février 2013, 16:07pm

 

  Cliquer sur le lien suivant :

Nouvelle campagne: «Refondons ensemble l’Ecole de la République !»

 

L'une des priorités fixées par le président Hollande est légitimement la refondation de notre école, pilier du pacte républicain qui nous est si cher. Il est donc plus qu'utile d'expliquer "la réforme de l'école" engagée par le ministre de l'Education Vincent Peillon et dont le volet sur les rythmes scolaires fait face à une forte opposition, tant chez les enseignants que parmi les élus locaux. Selon l'expression consacrée (utilisée par son maire lors de la présentation de ses vœux), des élus "d'une commune voisine" d'Homecourt ont récemment critiqué à la fois le manque de concertation et le coût pour les collectivités qu'engendrera cette réforme. Il est bon de rappeler tout d'abord que ces dix dernières années, la droite s'est évertuée à casser l'école, avec les conséquences que l'on sait... Rappelons aussi les promesses de campagne de François Hollande : "création de 60.000 postes", faire en sorte que "les enfants de moins de trois ans puissent être accueillis en maternelle", "priorité aux écoles maternelles et primaires", etc. Concernant la réforme des rythmes scolaires, le document joint rappelle ce qu'a été la casse de l"école, et les vraies propositions de gouvernement de gauche pour améliorer la situation actuelle. L'occasion aussi de balayer les arguments relayés localement sur le manque de concertation ou le coût laissé aux seules collectivités... « Cette réforme a été imposée sans concertation et sans souplesse d’application. » FAUX Le dialogue a été mené pendant six mois par Vincent Peillon et tous les points de vue se sont exprimés. Par ailleurs, le cadre fixé par le gouvernement est souple et permet à la concertation locale de jouer pleinement son rôle avec l’élaboration des projets éducatifs territoriaux. Les collectivités territoriales, en lien avec la communauté éducative, peuvent ainsi choisir d’appliquer la réforme en 2013 ou en 2014, ou de retenir le mercredi ou le samedi matin. La durée et l’organisation de la journée d’enseignement pourront aussi être modulées, à condition que les projets pédagogiques soient de qualité. "Les collectivités locales supporteront seules le coût de la réforme". FAUX Le gouvernement a créé un fonds spécifique de 250 millions d’euros pour accompagner les collectivités territoriales dans la mise en oeuvre de la réforme. Toutes les communes qui l’appliqueront en 2013 sont éligibles (50 euros forfaitaires par élève) et un effort particulier sera consenti en faveur des communes urbaines et rurales les plus en difficulté (40 euros supplémentaires par élève). La pédagogie étant la répétition des choses, voici donc ce qui est la politique gouvernementale en matière d'éducation nationale et les moyens mis en œuvre pour faire réussir cette réforme qui selon nous, doit s'appliquer dès la rentrée 2013-2014 afin de ne pas faire perdre une année supplémentaire aux élèves.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents